Accueil du site > Centres de ressources > Développement durable > Documentation > Professionnalités de l’urbain et crises écologiques

Professionnalités de l’urbain et crises écologiques

Politiser l’urbanisme et ses métiers par la reconnaissance de leurs constellations mythologiques
11 juin 2019,

Thèse de doctorat de l’Université Lumière Lyon 2 en Aménagement de l’espace, urbanisme, effectuée au sein de l’École doctorale Sciences sociales et de l’équipe de recherche Triangle, Action, discours, pensée politique et économique, sous la direction de Guillaume Faburel. Thèse soutenue le 11 juin 2019.

| Travaux universitaires

"Les professionnalités de l’urbain ont été bousculées sur les dernières décennies. Les ambitions de maîtrise, de planification et de prévisibilité de l’urbanisme seraient questionnées par la complexification de l’urbain et la fragmentation de ses modes de vie, l’affaiblissement de la parole politique et de sa justification experte, les crises écologiques et leurs incertitudes. Les praticiens éprouveraient de plus en plus un sentiment d’inadaptation de leurs métiers pour saisir ces mutations. Loin d’adopter une attitude attentistes, ils s’engageraient alors dans un renouvellement prudente de leurs savoirs et habilités. Ils convoqueraient d’autres registres de connaissances (disciplinaire, relationnel, coopératif, expérientiel...) selon des critères subjectifs de pertinence, conduisant à des arbitrages politiques sur la place et le rôle des métiers dans les devenirs urbains. Cette capacité à diversifier voire hybrider les savoirs dans les métiers, selon des critères renouvelés, est nommée professionnalité."

"Cette thèse a renseigné ces professionnalités et leurs justifications par : une enquête auprès des praticiens (services déconcentrés et territoriaux de l’Etat, bureaux d’études, groupes privés, etc.) une analyse des discours d’associations dites professionnelles, un séminaire d’échanges sur les études territoriales expérimentales menées par des agences d’urbanisme et des Conseils d’architecture d’urbanisme et de l’environnement, l’observation participante d’un programme lancé par le Ministère de la Transition écologique et solidaire, et une enquête auprès d’étudiants en géographie, urbanisme ou sciences politiques. L’exploitation de ces matériaux croise l’analyse sociologique des pratiques de métier, la pensée philosophique des rapports savoirs/pouvoirs, les savoirs géographiques des représentations territoriales et historiques des représentations environnementales.
Il en ressort que les professionnalités relèvent d’une diversification voire hybridation des connaissances mobilisées (scientifiques, techniques, pratiques, vernaculaires, etc.) par la valorisation d’expériences (résidentielles, militantes...) hors des cadres d’expertise, des méthodes d’observation sensible (entretiens habitants réactivés par cartes mentales ou écoutes sonores, parcours commentés, enquêtes photographiques...), ou encore des démarches d’immersion dans les marges métropolitaines (déambulations et carnets d’étonnement, ateliers avec des habitants...). "

Voir le résumé de la thèse sur le site thèses.fr

Langue de l’ouvrage

mots-clés Développement durable

Texte intégral / résumé