Accueil du site > Les auteurs > Faguet, Gaëlle

Gaëlle Faguet

Architecte DPLG, Post-master Recherche en Architecture, Master 2 professionnel Concevoir et Réaliser avec le Bois

- Diplôme d’architecte DPLG, ENSAP Bordeaux, 2007

- Diplôme de Master 2 professionel, Concevoir et Réaliser avec le Bois, Université Bordeaux 1- ENSAP Bordeaux, 2006

- Post-master recherches en architecture, ENSA Paris la Villette, 2019

- Chargée d’enquête, MOOC "Architecture de notre cadre de vie", LET, ENSA Paris la Villette, 2019

Mémoire de Recherche post-master : "Construction architecturale à Mayotte : laboratoire(s), développement, filière(s) et « expérimentations » en Brique de Terre Comprimée", sous la direction de Elise Macaire et Emmanuel Amougou M’Balla (LET à l’ENSA PLV)

Dans un contexte de post-décolonisation et suite au référendum d’auto détermination de 1976 sur l’indépendance des Comores, une politique d’aménagement et de développement local est menée à Mayotte afin de résorber une grande partie des habitations traditionnelles en torchis jugées « insalubres » et de créer les infrastructures manquantes. Le secteur du bâtiment est choisi comme pôle pilote du développement de l’île. Des solutions sont investies afin de proposer un habitat très économique destiné à la population mahoraise. A travers notamment des projets d’architecture et la création de filières matériaux, les acteurs du développement mettent en place un ensemble d’équipements et d’institutions afin de favoriser les retombées économiques locales. Ils choisissent des stratégies d’intégration et de formation aux techniques de production. En travaillant étroitement avec concepteurs et chercheurs, de nombreux « modèles » d’habitats sont proposés aux élus et à la population qui prend une part active dans le choix de son évolution et de l’innovation architecturale engagée au départ. La filière terre crue, avec l’introduction de la brique de terre comprimée, est un des axes majeurs choisi et investi pour encourager la construction dans les années 1980.

Mayotte constitue un terrain d’expériences d’architecture engagées qui offre la possibilité d’analyser le lien entre développement local, matériaux, « expérimentations » et recherche aussi bien dans le champ de l’architecture que d’un point de vue politique, historique, économique, écologique et social. Ce mémoire propose dans un premier temps de comprendre les mécanismes sociaux, économiques, techniques et politiques des différents groupes d’acteurs ayant participé aux décisions et à la conception de projets architecturaux singuliers. Il s’intéresse plus particulièrement au rôle du CRATerre partie prenante dans la politique de développement de Mayotte dès la fin des années 1970 et qui œuvre pour l’introduction et « l’acceptation » de la technique brique de terre comprimée à l’architecture locale. Un cadre théorique empruntant notamment à Sociologie de la Traduction de Michel Callon est mobilisé à travers différentes notions telles que les jeux d’acteurs, les dispositifs et stratégies mis en place autour de la politique du développement au service du projet d’architecture. Le matériau brique, au centre du travail de la recherche et du projet d’architecture est le sujet d’analyse privilégié afin de comprendre la place qu’il tient comme objet de la traduction. Ce travail, qui questionne les notions de développement, d’innovation, de filière et d’idéologie au service du projet d’architecture, propose d’éclairer en dernière partie le rôle de la recherche initiée par le laboratoire CRATerre pour les pratiques de la conception architecturale à travers l’expérience mahoraise.

Mots clefs : développement, recherche, filières, « expérimentations », brique de terre comprimée

Faguet, Gaëlle