Accueil du site > Centres de ressources > Espaces de travail > Actualités > Revue de presse

Revue de presse

Août - Décembre 2012

par Secrétariat

Revue de presse rassemblant des articles parus sur le thème des espaces de travail entre août et décembre 2012.

- « Du zéle à l’autogestion : retour sur les usines récupérées en Argentine »

« Depuis le début des années 2000, l’Argentine est le théâtre d’un certain renouveau autogestionnaire. Plus de 20 ans après la fin de « l’expérience yougoslave », ce pays connaît en effet une vague d’occupations et de « récupérations » d’usines par leurs salariés qui suscite l’intérêt des alter mondialistes : ces mobilisations incarneraient l’une des alternatives majeures à la globalisation « néolibérale ». En revenant de façon exhaustive sur l’un des cas emblématiques de ces récupérations, cet article montre à l’inverse que ses acteurs agissent au nom d’une relation privilégiée aux dirigeants et d’un « ethos du zèle ». En ce sens, leur lutte et la mise en place de l’autogestion constituent un cas riche d’enseignements pour l’analyse des mobilisations. »

Maxime Quijoux, laboratoire Sophiapol, Université Paris-Ouest. Sociologie du travail 54-2, avril-juin 2012, pp. 178-196
Résumé en ligne

- « La mobilisation collective à l’hôpital : contestataire ou consensuelle ? »

« Cet article a pour objet les relations de travail à l’hôpital et pour thèse que la mobilisation collective n’est pas que contestataire mais peut être aussi consensuelle. Pour étayer ce propos, les formes de mobilisation contestataire sont d’abord recensées dans l’univers soignant et différents facteurs sont examinés pour expliquer leur rareté empirique. La soumission (de classe, de genre, etc.) ne peut à elle seule rendre compte de la modération des conflits à l’hôpital. La dimension symbolique du service public et la dimension pratique du care, pertinentes dans ce cadre, jouent un rôle ambivalent. L’examen des contextes organisationnels permet alors de développer une argumentation pour expliquer le « silence » des infirmières, en identifiant des modalités et des conditions d’une dynamique de mobilisation que nous appelons consensuelle : la coopération intense dans certains services, les campagnes participatives pour la qualité des soins, la coordination interprofessionnelle autour de projets ad hoc et l’effet d’entraînement de représentations pratiques nées de mobilisations (consensuelles) antérieures. Autant d’éléments au cœur du travail soignant qui participent à créer une adhésion à une activité professionnelle pénible et utile, même si ces responsabilités locales ne font que reposer au plan général la question du périmètre d’action des soignantes à l’hôpital. »

Ivan Sainsaulieu, Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique (LISE), Revue française de sociologie, 2012-3 (Vol. 53), avril-juin 2012, pp. 461-492.
Résumé en ligne

- « Libre-service : Les centres d’affaires, variable d’ajustement des entreprises, petites et grandes »

« Optimiser ses coûts passe forcément par l’analyse de la case « immobilier », l’un des grands postes de dépenses pour les PME. Soucieux de trouver une alternative à la propriété ou à un bail classique, les dirigeants misent de plus en plus sur l’utilisation de centres d’affaires. Une option particulièrement intéressante pour les jeunes et très jeunes sociétés. Les limites de la rentabilité d’un tel modèle ne sont pas toujours faciles à identifier, et varient en fonction de la maturité de l’activité de l’entreprise et de sa taille. »

Mathieu Neu, Le nouvel économiste n°1627, Cahier n°2, 30 août-5 septembre 2012, pp.39-41.

- « SBF : Sans bureau fixe. Du management par la présence au management par la confiance »

« Les entreprises qui se lancent dans la refonte de leur espace envisagent de plus en plus de supprimer les bureaux attribués pour passer à des postes de travail mutualisés. Alors que l’immobilier pèse lourd dans le budget, optimiser le taux d’occupation de bureaux inoccupés la moitié du temps paraît alléchant. Mais perdre son espace personnel n’est pas chose aisée pour tous les collaborateurs, et l’encadrement peut se retrouver à faire face à des équipes éparpillées ou hostiles. En réalité, adopter la mutualisation des postes de rtavail, c’est conduire un changement de fond et repenser l’entreprise et les missions de chacun. Pour ensuite gagner en flexibilité, en efficacité et en confiance. »

Claire Friedel, Le nouvel économiste n°1627, Cahier n°2, du 30 août au 5 septembre 2012, pp.43-44.

- « Compte-rendu d’ouvrage : L’engagement dans le travail. Qu’est-ce que le vrai boulot ?, Alexandra Bidet, Presses Universitaires de France, collection « Le lien social », Paris, 2010. »

« En pleine période de médiatisation de la souffrance au travail – mais non sans lien avec cette question - , Alexandra Bidet propose, dans cette importante réflexion, de prendre pour objet les ressorts de l’engagement au travail, considérant que la sociologie du travail, obsédée par une représentation dépassée de celui-ci et prisonnière de figures désormais désuètes (…), ne s’est pas suffisamment saisie de la double question de l’activité de travail et des effets que détermine le type de prise – sur soi, sur autrui, sur le monde – qu’elle permet. »

Nicolas Dodier (Université Paris Dauphine, Centre d’études sur l’emploi), Sociologie du travail 54-3, juillet-septembre 2012, pp. 396-399.
Résumé en ligne

- « L’agence d’architecture : grandir ou périr ? »

« La croissance en taille est-elle une évolution inévitable de la profession ? La complexité croissante du métier d’architecte semble y inciter. (…) L’Observatoire de la profession publié par l’Ordre national des architectes révélait que plus de 70% des architectes exerçaient seul ou avec un salarié. La médiane des chiffres d’affaires se situe à 105 000 euros annuels. Si l’on se fonde sur les catégories établies par l’Insee, la majorité des sociétés d’architecture révèlent des micro-entreprises (moins de dix salariés) ou de la très petite entreprise (TPE), structure de moins de vingt personnes apparaissant au Top 200 à partir de la 30ème place. Seules une poignée d’agences d’architecture mériteraient en France l’appellation PME ! (…). »

Dossier « Les 200 premières agences françaises classées selon leur chiffre d’affaires », d’Architectures n°214, décembre 2012, p. 140.

- « Orgatec 2012 : ce qu’ils en pensent… »

« Samedi 27 octobre 2012, les portes de la grande « messe » professionnelle Européenne et Internationale de l’aménagement du bureau ORGATEC fermaient, après avoir reçu près de 50 000 visiteurs en provenance de 123 pays pour 622 entreprises exposantes représentant 35 pays. 59% des visiteurs ont été identifiés en tant que distributeurs. 48% sont venus à Cologne en provenance de pays hors Allemagne. »

Newsletter Ergonoma n°47, décembre 2012
lire en ligne