Accueil du site > Centres de ressources > Démarches participatives > Documentation > Community organizing.

Community organizing.

De l’émeute à l’alliance des classes populaires aux États-Unis
24 mars 2016,

Éditions Raisons d’agir, 320 pages, mars 2016.

| Livres

"Ce livre consacré aux nouvelles formes de mobilisation qui se développent depuis quelques décennies aux Etats-Unis, traite en réalité de la question de la politisation des classes populaires : la coupure qu’elles ressentent avec les représentants élus, le déclin des partis politiques et des organisations syndicales, la montée de l’abstention, etc. Autant de problèmes que les community organizations - les organisations communautaires étasuniennes- contribuent à renouveler. Elles visent en effet, sans toujours y parvenir, à rassembler sous la bannière mouvante de la communauté des Noirs et des Latinos, des musulmans et des catholiques et surtout des habitants des quartiers pauvres quelle que soit leur identité, afin de promouvoir des revendications sociales bénéficiant aux plus défavorisés. Alors qu’en 1992, Los Angeles connait les émeutes les plus destructrices de l’histoire des Etats-Unis, l’Amérique des années 2010 connait de nouveaux soulèvements, à Ferguson et Baltimore, pour protester contre les violences policières et l’injustice sociale et raciale. Mais, entre-temps, les minorités et les classes populaires se sont organisées. A Los Angeles, des associations rassemblant pauvres et classes-moyennes, Noirs et Latinos, ont vu le jour pour transformer la condition des habitants des quartiers populaires. Réunis sous la bannière du community organizing, ils donnent à voir le pouvoir d’agir de ceux qui n’ont que la force du nombre. Par des méthodes sophistiquées de recrutement, ces organisations parviennent à toucher une population que tout prédisposait à l’apathie. (...)"

Sommaire

Introduction : Le community organizing et la capacité politique des classes populaires

Le « cauchemar américain », 10 - La capacité politique de la communauté, 13 - Mobiliser les quartiers populaires après le déclin du mouvement ouvrier, 17 - De l’émeute à l’organisation : l’exemple de bas Angeles, 22 - Plongée ethnographique dans le monde du community organizing, 24.

1. Los Angeles : émeutes, pauvreté et organisation collective

Le soulèvement de 1992 des émeutes raciales, 31 - Des millions pour South Central les conditions matérielles de l’organisation des classes populaires, 37 - La montée cri puissance des Latinos et l’alliance du mouvement syndical et immigré, 42 - Comment redynamiser les ghettos ? L’échec des expériences de développement communautaire, 46 - Lutter coutre la gentrification rapports de force et compromis autour des politiques de logement, 49.

2. Trois styles de community organizing

La privatisation de l’État social américain et l’essor de la société civile, 56 - Le community organizing : mie pratique politique conflictuelle, 59 - Plongée dans la vie de trois organisations communautaires, 64 - L. A. Voice : rassemblement d’Églises progressistes, 68 - Community Coalition : organiser les classes populaires de South Central, 75 - Le Bus Riders Union, un community organizing marxisant, 78.

3. La force du nombre : recruter et mobiliser les classes populaires

Une participation massive des classes populaires, 86 - La guerre des pauvres 7 Rassembler l’underclass et les classes populaires intégrées, 90 - Construire des coalitions interraciales, 93 - Des stratégies de recrutement et de mobilisation hautement nationalisées, 109-Participer dans la durée : l’importance des relations infraorganisationnelles, 132 - Construire la représentation symbolique des classes populaires, 140.

4. Améliorer le quartier ou transformer la société ?

A l’échelle du quartier : une campagne de lutte coutre les gangs, 146 - À l’échelle de la ville : promouvoir mi système bancaire responsable, 155 - À l’échelle de la Californie : quand les organisations communautaires investissent la démocratie directe, 160 - Le rapport au politique : entre pression, autonomie et investissement électoral, 177 - Régulariser 11 millions de sans-papiers : les difficultés d’appropriation d’une campagne nationale, 186 - Don Quichotte dans le ghetto : le community organizing face au néolibéralisme, 191.

5. Former des leaders communautaires

L’éducation populaire : découvrir les racines de l’oppression, 198 - L’éducation pratique : témoigner coutre la souffrance faite aux personnes, 211 - Comment la participation affecte les trajectoires individuelles, 222 - Le cercle vertueux de la politisation, 233.

6. Un contre-pouvoir autonome ? La démocratie interne à l’épreuve de la professionnalisation

Pouvoir des fondations et financement du community organizing, 240 -Le défi de la démocratie interne, 255.

7. Vers un community organizing à la française

Que s’est-il passé en banlieue depuis les émeutes de 2005 ? 272 - Empowerment ! Réinventer la politique de la ville et le travail social, 275 - Premières expériences françaises : l’Alliance citoyenne et le collectif Stop le contrôle au faciès, 282 - Renouveler les méthodes de mobilisation électorale des classes populaires, 288 - Renouer avec la tradition du mouvement ouvrier elles luttes urbaines, 293 - Boîte à outils ou instrument de luttes intersectionnelles ? 298.

Conclusion

Présentation sur le site des librairies Decitre.

Type

Langue de l’ouvrage

Texte intégral / résumé