Accueil du site > Centres de ressources > Développement durable > Actualités > 23/11/16 - Habiter la transition. Des pratiques existantes aux politiques (...)

23/11/16 - Habiter la transition. Des pratiques existantes aux politiques de transition : circulations et ambiguïtés

La première saison de l’atelier thématique commun au GIS ReHaL et au réseau AC/DD aura lieu le 23 novembre 2016 de 18h-20h, à Sciences Po Lille, 84 rue de Trévise (Lille) - salle B 4.13.

"Il aurait pu s’appeler : “Habiter la transition : à quelles conditions ?” ou “Des pratiques à la transition : quelles circulations ?”. Comme nous l’avions fait avec les expressions “développement durable” et “acceptabilité sociale”, le parti pris est d’analyser la rhétorique de la « transition » qui circule tant dans les mouvements sociaux que dans les discours techniques et politiques, notamment à partir des pratiques des acteurs (et pas seulement avec un objectif de dévoilement). La rhétorique de la “transition” est, en effet, mobilisée autant par les institutions en top down (transition écologique, énergétique…) que lors d’approches bottom-up (mouvement des villes en transition).

La rhétorique de la transition sous-entend qu’une démarche uniforme est en cours ce qui n’est pas le cas dans les faits entre les différents pays et dans la façon dont les individus habitants s’emparent de la transition. La transition n’a également pas le même sens selon les milieux sociaux. Quelles sont les temporalités de la transition ? Certaines pratiques dans les communautés de communes relèvent de la transition et/ou de sa rhétorique (ex. : “Biovallée” du Pays du Diois, dans la Drôme). Les pratiques de transition sont-elles alors de même nature selon le degré d’intégration des villes dans des réseaux urbains plus globaux ? Par ailleurs, le savoir, en matière de transition, est également un produit sociétal, qui intéresse donc les scientifiques.

Il s’agit donc de questionner les trajectoires, les représentations et les pratiques des habitants dans divers espaces se revendiquant de la transition, mais aussi de prendre la mesure de ce qu’exige des habitants (individuellement et collectivement) une démarche de transition (exigences qui peuvent être contradictoires, rapport communauté-société, etc.). C’est l’occasion d’interroger les processus de connaissance et de prise en compte des pratiques existantes à mettre en place pour favoriser la production de solutions originales pour chaque projet de “ville en Transition”. Bref, il s’agit de problématiser par les pratiques l’usage polysémique de la “transition”."

Voir l’événement sur le site du Réseau ACDD.