Accueil du site > Centres de ressources > Développement durable > Actualités > 13/02/17 - Appel à communications - Modes d’habiter et sensibilités (...)

13/02/17 - Appel à communications - Modes d’habiter et sensibilités environnementales émergentes : quels enjeux pour la qualité de vie ?

Appel à contribution du colloque interdisciplinaire "Modes d’habiter et sensibilités environnementales émergentes : quels enjeux pour la qualité de vie " (HABISENS), 6ème colloque soutenu par Arpenv (Association pour la recherche en psychologie environnementale) et organisé par l’UMR ESO Rennes en collaboration avec le Centre de Recherches en Psychologie (CRPCC), Cognition et Communication et le Laboratoire de Psychologie des Pays de Loire (LPPL). Le colloque aura lieu à Rennes, les 7 & 8 sept 2017.

Dans un contexte de défis planétaires aujourd’hui bien identifiés rapprochant des enjeux environnementaux, économiques et sociaux, les sociétés sont confrontées à des mutations rapides et importantes en cours, et d’autres sans doute encore à venir, qui non seulement impactent les formes d’habiter, les formes d’adaptation et le rapport à l’environnement des individus mais questionnent également les formes de résilience des espaces et la qualité de vie des individus. La combinaison de ces enjeux entraîne deux champs problématiques complexes qui sont ici à explorer voire à articuler : celui des conditions et modalités de processus socio-spatiaux et psycho-sociaux afférents aux modes d’habiter les espaces, et celui des processus psycho-sociaux émanant des adaptations humaines liées au changement climatique.

L’objectif est de renouveler/d’approfondir les questionnements et les échanges interdisciplinaires sur la place et le rôle des individus et des groupes sociaux dans les problématiques de qualité de vie au quotidien et de soutenabilité des formes d’habiter. Ceux-ci pourraient être déclinés à différentes échelles spatiales significatives pour l’expérience des individus, comme mentionnés par Romice et al. (2017)[1] en référence aux travaux anthropologiques de Hall (1966) : l’échelle métropolitaine, l’échelle du quartier et l’échelle pédestre. Ces réflexions peuvent également porter sur d’autres niveaux d’analyse qui se détachent du milieu urbain pour englober l’expérience plus globale de l’individu avec son environnement en pointant tout autant les déséquilibres sociaux et les inégalités sociales qu’ils peuvent entraîner, que les formes de cohésion sociale et de mobilisation.

Trois axes sont identifiés :

  • Les différentes formes d’habiter face aux défis des espaces de vie post-carbone
  • Soutenabilité des formes d’habiter et justice environnementale
  • Formes d’habiter et sensibilité environnementale face aux enjeux de métropolisation

L’objectif transversal aux trois axes consiste à faire dialoguer jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s, post-doctorant.e.s), chercheur.e.s confirmé.e.s et professionnel.les.s de l’aménagement sur une problématique d’actualité. Il vise ainsi à articuler des approches et regards de disciplines différentes (SHS mais aussi non SHS, comme écologie, biologie, etc.) ayant toutes pour objet d’étude les rapports individu-environnement. Les dialogues croisés permettront 1/ d’étayer certaines approches environnementales et de renforcer leur visibilité dans le champ de l’aménagement et des sciences de l’environnement ; 2/ de contribuer aux débats contemporains sur la notion de la qualité de vie.

Voir les consignes aux auteurs sur le site internet du colloque.

À télécharger