Accueil du site > Centres de ressources > Développement durable > Actualités > 01/12/17 - Appel à communications - Prendre en charge la biodiversité à (...)

01/12/17 - Appel à communications - Prendre en charge la biodiversité à l’échelle du Grand Paris : Acteurs, territoires et projets

Appel à communications dans le cadre du colloque "Prendre en charge la biodiversité à l’échelle du Grand Paris : Acteurs, territoires et projets" organisé par l’Université Paris 1 Panthéon-­‐Sorbonne et l’UMR LADYSS à Paris les jeudi 7 et vendredi 8 juin 2018.

Quand la ville devient métropole, quand la plaque urbaine, dense de réseaux et riche de millions d’êtres, se déploie sur une vaste étendue, les conditions de l’habitabilité et de la soutenabilité ne doivent-­elles pas être repensées en profondeur ? Peut-­on encore résumer l’enjeu à une meilleure prise en compte de la nature en ville ? À une réduction de l’empreinte écologique de la cité sur l’environnement ? À un nouveau partage de l’espace entre humains et non-­humains ? Par ses dimensions remarquables, par les flux considérables qu’elle capte et qu’elle génère, la métropole n’invite-­t-­elle pas plutôt à renouer globalement avec la dynamique complexe du vivant, qui dépasse la seule question de la biodiversité (considérée comme la diversité des gènes, des espèces, des écosystèmes et leurs interactions) ? N’est-­ce pas même une condition sine qua non de la pérennité, de la vitalité et de l’adaptabilité de la ville-­monde ?

OBJET

Les organisateurs du colloque souhaitent envisager ces questions dans une perspective d’action. Il s’agit d’examiner l’intérêt et les conditions d’une prise en charge renforcée de la biodiversité et du vivant dans la métropole du Grand Paris. Les organisateurs ont conscience de la polysémie du terme « métropole du Grand Paris » (l’entité juridique désignant la Métropole du Grand Paris ; l’entité humaine, environnementale et artificielle que les géographes nomment « la métropole parisienne » ; le « système métropolitain » qui n’a aucune réalité juridique) et des différents périmètres qui y sont liés (spatial, juridique, organisationnel, etc.). De ce fait, il appartiendra à chaque intervenant de préciser l’acception de ce terme qu’il retient pour sa communication. À cette fin, deux axes de réflexion méritent d’être approfondis.

Le premier axe, très ouvert (sessions 1 et 2), interroge les relations réciproques entre la biodiversité et une grande métropole.

Le deuxième axe (sessions 3 et 4) se concentre sur un point‐clé de l’action en faveur d’une prise en charge renforcée de la qualité de la biodiversité, à savoir la capacité des différents acteurs à faire cause commune et à coopérer.

Dans les deux cas, il importe d’identifier des outils précis et des modalités concrètes susceptibles d’aider les différents acteurs à s’accorder sur des enjeux communs en rapport avec la biodiversité, le vivant et leur prise en charge.

Quatre temps de réflexion sont proposés pour approfondir la réflexion et faire émerger des pistes d’actions prometteuses.

Session 1 : La métropole du Grand Paris : quelle(s) responsabilité(s) vis­‐à-vis de la biodiversité, des habitants et des autres territoires ?

  • Quelles responsabilités ?
  • Quelles solidarités territoriales ?

Session 2 : Quelle pertinence des territoires et des dispositifs institutionnels actuels vis-­à-­vis des enjeux liés à la biodiversité ?

  • Dispositifs actuels : retours d’expériences
  • Quelle cohérence des échelles de décision et d’intervention ?

Session 3 : Quels acteurs et quelles actions pour quelle prise en charge de la biodiversité ?

  • L’action spontanée
  • L’action incitée
  • L’action encadrée par les autorités administratives

Session 4 : Quelle orchestration des territoires métropolitains pour une prise en charge de la biodiversité et du vivant ?

  • Comment assurer la diffusion des expériences sur un territoire ?
  • La diversité des territoires au service de la complémentarité fonctionnelle
  • La transition du tissu urbain vers une réduction des pressions : le cas des mobilités douces
  • Quels devenirs pour les grandes infrastructures ? La place de la métropole sur ses territoires voisins
  • Rayonnement international dans un contexte mondialisé et besoin de sobriété pour la prise en charge de la biodiversité

INFORMATIONS PRATIQUES

Date limite de soumission : 1er décembre 2017

Adresse de soumission : Formulaire en ligne

Format : résumé de 650 mots

Voir en ligne : l’appel à communications sur le site du Ladyss