Accueil du site > Centres de ressources > Développement durable > Documentation > L’action urbaine écologique de Bordeaux Métropole

L’action urbaine écologique de Bordeaux Métropole

Le plafond de verre de la nature ou la conflictualité tacite des pratiques de l’aménagement
5 mars 2019,

Thèse de doctorat de l’Université de Bordeaux Montaigne en Aménagement de l’espace, Urbanisme, effectuée au sein de l’École Doctorale Montaigne Humanités (ED 480) sous la direction de Michel Favory. Thèse soutenue le 5 mars 2019.

| Travaux universitaires

"Cette thèse propose d’étudier la prise en compte des écosystèmes urbains dans les pratiques publiques de l’aménagement de Bordeaux Métropole. À travers une approche interdisciplinaire à la croisée de l’urbanisme et de la science politique, cette analyse s’inscrit à la suite des recherches sur les visions plurielles de la nature comme espace de l’urbain et vise à mieux comprendre la faiblesse actuelle de l’action environnementale publique. L’approche retenue contribue ainsi à croiser action urbaine et action publique environnementale dans ce que nous qualifions d’action urbaine écologique. Les résultats de cette recherche s’appuient sur la mise en place d’une recherche-action, menée de 2014 à 2017 avec la Communauté Urbaine de Bordeaux (aujourd’hui Bordeaux Métropole). Il s’agissait de rentrer au cœur des pratiques professionnelles et décisionnelles de l’aménagement public bordelais, pour mieux décomposer les habitudes, les raisonnements et les logiques urbaines, en particulier celles qui représentaient des obstacles à la mise en place d’une action urbaine écologique."

"Nous verrons que l’action urbaine écologique de Bordeaux Métropole illustre de manière singulière le traitement ambigu actuel de la nature administrée et aménagée. La pluralité des interventions de l’intercommunalité bordelaise en matière de nature urbaine n’aboutit d’abord pas à une dimension intégrée et proactive de l’aménagement métropolitain. Elle se heurte à ce que nous appellerons un plafond de verre de la nature, qui nous amènera ensuite à soulever les logiques de la conflictualité tacite des pratiques écologiques de l’urbain. Nous mettrons enfin en évidence l’impensé spatial des pratiques aménagistes bordelaises qui se cache derrière les obstacles à la mise en place d’une action urbaine écologique."

SOMMAIRE

Partie1 : L’émergence d’une action urbaine écologique à Bordeaux Métropole : une pluralité de la nature urbaine ambiguë

  • Chapitre 1. La nature aménagée de la métropole bordelaise : une inversion inachevée du regard aménagiste
  • Chapitre 2. La nature administrée de la Cub ou la nature urbaine à l’échelle intercommunale : une institutionnalisation par défaut

Partie 2 : L’action urbaine écologique bordelaise ou la conflictualité tacite despratiques publiques de la nature urbaine

  • Chapitre 3. Les pratiques professionnelles de la nature urbaine : une confrontation des héritages de l’aménagement avec la montée des savoirs du vivant
  • Chapitre 4. Les pratiques institutionnelles de la Nature ou les tensions de la transversalité écologique de l’urbain

Partie 3 : De l’action urbaine écologique à l’aménagement écologique : dépasser leplafond de verre de la nature à traversl’impensé spatial des pratiques urbaines

  • Chapitre 5. Une action spatiale écologique reléguée par la conflictualité territoriale et les ambiguïtés des méthode de projet
  • Chapitre 6. (Re)connaissance des enjeux écologiques de l’urbain : le retour d’une action spatiale du vivant à travers les zones humides de Bordeaux Métropole

Accéder à l’intégralité de la thèse depuis le site TEL.

Texte intégral / résumé

Langue de l’ouvrage