Home page > Centres de ressources > Démarches participatives > Documentation > L’autopromotion

L’autopromotion

Une piste pour l’innovation architecturale, environnementale et urbaine
3 November 2014,

Thèse de doctorat de l’Université Grenoble Alpes en Architecture effectuée au sein de l’École Doctorale Sciences de l’Homme, du Politique et des Territoires et au laboratoire CRATerre-ENSAG sous la direction d’Hubert Guillaud. Thèse soutenue le 3 novembre 2014.

| Academic work

"Au-delà du cadre classique de la production du logement, des projets originaux à l’initiative de citoyens ou impliquant fortement des habitants, se développent sur le territoire européen et notamment français. S‘émancipant de l’offre professionnelle privée ou publique, ces maîtrises d’ouvrages d’usagers produisent un habitat original, tant du point de vue architectural et environnemental, que de l’insertion sociale et au territoire qui l’accueille. Ce type de dynamique n’est pas un phénomène nouveau. En Amérique Latine notamment, des mouvements populaires et coopératifs développent ce type de démarche depuis plusieurs décennies. Insuffisamment étudié, ce phénomène mérite d’être analysé plus précisément, en particulier dans le champ de l’architecture et du point de vue des porteurs de ces projets : les habitants. Cette recherche vise à montrer, par une analyse des différentes typologies d’organisations collectives, adoptées par ces maîtrises d’ouvrage non professionnelles d’habitants, les atouts et les résultats de leur production, du point de vue de : la question « spatiale », qui interroge la notion de l’habitat et de son usage ; la question du « métier » du concepteur, qui interroge le mode de production du projet au travers de la relation architecte – maîtrise d’ouvrage (non professionnelle) ; et enfin la question de « l’insertion spatiale et sociale », qui interroge la dimension urbaine de ces projets et citoyenne de leurs promoteurs."

"Se basant sur les notions de « droit à l’œuvre » et de « droit à la ville » définies par Henri Lefebvre et de « bien commun » définie par Elinor Ostrom, cette thèse propose un apport de connaissances visant à contribuer à la réponse des professionnels et des politiques publiques, à une demande sociale chaque jour plus présente en matière d’initiatives citoyennes dans la production de l’habitat."

PLAN DE LA THESE

Partie 1. Champ, question de recherche et méthode

  • Le champ de la recherche
  • L’état de l’art et de la recherche, et la demande sociale
    • Les questions de recherche et les choix
  • Fondements théoriques
    • Habitat et justice sociale
    • Le “droit à la ville”
    • La notion de “bien commun”
  • L’approche générale
    • Dans la temporalité du projet
    • Dans les thématiques du projet
  • Les choix méthodologiques
    • Méthodes retenues
  • Nomenclature des projets étudié
    • Le choix des projets analysés
  • L’approche par les formes d’organisation collective et sur la liberté individuelle et collective
    • Maîtrises d’ouvrage et formes d’organisation collective
    • Publics et formes d’organisation collective
    • Typologies d’organisation collective

Partie 2. Les dimensions spatiales, métier et insertion sociale

  • Dimension «spatiale»
    • Une intimité renforcée révélatrice du projet collectif
    • Une perméabilité désirée, une spatialité évolutive
    • Des limites révélatrices
  • Dimension «métier et fonctions»
    • La place de l’architecte dans le travail coopératif
    • La conception en partage
    • Sur le collectif et la décision
    • Marges d’autonomie «consenties» (de la liberté de l’exercice de la conception)
    • Les normes en question
    • Sur la dimension environnementale
    • Synthèses des résultats sur la dimension «métier et fonctions»
  • Dimension «insertion territoriale et Sociale»
    • Densité et représentation, au cœur de l’inclusion au territoire
    • Une exemplarité révélatrice d’un engagement urbain
    • De l’exemplarité à la dimension urbaine
    • Ville choisie et droit à la ville
    • L’insertion sociale comme vecteur ou résultante, une question de confiance et d’intimité
    • De la notion de propriété à l’insertion dans la cité
    • De l’individuel au collectif, via l’intimité
    • L’exemplarité (encore), au quotidien
    • Synthèse des leçons pour l’insertion territoriale et sociale

Voir la thèse en ligne sur le site de TEL archives ouvertes

Texte intégral / résumé

Langue de l’ouvrage