Accueil du site > Centres de ressources > Développement durable > Documentation > Habiter l’environnement

Habiter l’environnement

Pour une géographie sociale environnementale : nature, paysage, risque
25 octobre 2019,

Mémoire d’Habilitation à Diriger des Recherches "Habiter l’environnement, pour une géographie sociale environnementale : nature, paysage, risque", Université de Tours, Unité Mixte de Recherche CITERES 7324 CNRS, soutenu à l’Université de Bretagne Occidentale le 25 octobre 2019.

| Travaux universitaires

"Pourquoi observe-t-on des formes variées d’appropriation de l’environnement ? Quelle est la manifestation territoriale des rapports sociétés-environnement ? L’étude des représentations de « la nature » est une des clés de lecture pour comprendre l’organisation des territoires et les modes d’habiter. La géographie sociale environnementale s’appuie sur le décryptage des rapports de pouvoir à l’œuvre dans la gestion et le « gouvernement » des questions environnementales dans les sociétés contemporaines et sur une pratique scientifique engagée. D’apparents paradoxes caractérisent les rapports des individus à l’environnement, aussi bien du point de vue des espaces naturels, que des paysages et des risques dits naturels. Ils relèvent de modes d’habiter l’environnement et de réceptions sociales de la nature et de son aménagement qui varient selon que celle-ci est - successivement ou simultanément - idéalisée, apprivoisée ou rejetée. Les méthodes mixtes, qualitatives et quantitatives, et ancrées, notamment tournées vers les dispositifs participatifs sont fondamentales à l’étude géographique des modes d’habiter l’environnement, notamment face à l’injonction d’adaptation au changement climatique."

SOMMAIRE

  • Chapitre 1 : Contexte socio-politique et positionnement théorique : les représentations sociales et l’ontologie naturaliste à la base d’une géographie sociale environnementale
    • Inscription dans un contexte socio-politique et scientifique : la prise en compte des préoccupations environnementales contemporaines
    • Considérer le paradigme naturaliste par le prisme des représentations sociales
  • Chapitre 2 : Territorialités des relations sociétés-nature : formes d’appropriation et de réception sociale
    • D’apparents paradoxes entre représentations et pratiques de l’environnement : milieux, paysages et risques naturels
    • « L’habitabilité » de la surface du globe : les territorialités produites par les formes d’agir environnemental
    • Pour une tentative de synthèse de la diversité des conceptions de la nature
  • Chapitre 3 : Des dispositifs méthodologiques mixtes et participatifs pour décrypter les relations des sociétés à l’environnement : vers un nouveau paradigme ?
    • Des outils et des techniques pour saisir les représentations de l’environnement
    • Des postures méthodologiques ancrées et sensibles : focus group, méthodes mixtes et analyse de données textuelles
    • De la diffusion à la participation : une démarche intégrée
  • Perspectives et conclusion : Les représentations sociales et le savoir-habiter l’environnement : territoires littoraux et fluviaux face au changement climatique
    • Le risque pour paysage : la médiation artistique au service de la conscientisation du risque littoral
    • Sensibilisation à des modes de gestion alternatifs du risque de submersion selon les contextes socio-culturels

Accéder à l’intégralité du mémoire sur le site de HAL archives ouvertes

Texte intégral / résumé

Langue de l’ouvrage

mots-clés Développement durable