Accueil du site > Centres de ressources > Démarches participatives > Documentation > La participation numérique en urbanisme, une simple amplification des (...)

La participation numérique en urbanisme, une simple amplification des processus existants ?

Le cas de la plateforme citoyenne « Demain, Mons »
1er janvier 2018,

Terminal, Technologie de l’information, culture & société, 122/2018 "Panorama des innovations sociales numériques"

| Articles scientifiques

"Les données récoltées sur les plateformes numériques de participation citoyenne apportent-elles des opportunités ou des menaces en matière de participation à l’amélioration de l’aménagement de la ville ? Comment ces plateformes se situent-elles par rapport aux outils préexistants de concertation ou de co-création ? Redondance, complémentarité, remplacement ? Afin d’esquisser des pistes de réponses à ces interrogations globales qui interpellent architectes, urbanistes et responsables au sein des villes wallonnes, cette recherche étudie la mise en place et les premiers mois d’exploitation de la plateforme « Demain, Mons »."

" L’article passe en revue la plateforme ainsi que ses résultats et s’interroge sur la double question suivante : cette technique, qui suscite un engouement peu discuté, est-elle une simple amplification des processus existants ou nécessite-t-elle en amont un débat démocratique plus poussé sur la gouvernance urbaine ? Les mécanismes participatifs initiés dans les années 1970 (rompant la collusion entre architecture, urbanisme et pouvoirs) seront-ils maintenus, renforcés ou désagrégés par l’émergence du numérique ? Les résultats de la recherche permettent d’identifier les opportunités qui existent, de renforcer la participation par les innovations numériques, mais aussi les menaces qui augmentent le risque de voir le pouvoir citoyen se désagréger au sein d’une nouvelle gouvernance."

PLAN DE L’ARTICLE

  • Introduction : Une ville à la pointe de l’urbanisme participatif des années 1970 installe une plateforme numérique de consultation
  • Cadre théorique : Entre participation citoyenne, architecture et sociologie urbaine
  • Analyse de la plateforme numérique participative
    • Première étape de l’approche inductive : approche qualitative de la structure des propositions citoyennes
    • Deuxième étape de l’approche inductive : analyse quantitative des propositions suivant le nombre de votes
    • Limites de l’approche quantitative par les votes :
    • Troisième étape de l’approche inductive : l’analyse des propositions récoltées pointe un grand nombre d’idées, mais une confusion entre problème et solution
  • Contextualisation théorique de ce processus participatif : oubli des acquis de la postmodernité et excès de la surmodernité
  • Conclusion : Pistes et recommandations pour une amplification de la participation

Lire l’intégralité de l’article sur le site de la revue

Texte intégral / résumé

mots-clés Démarches participatives