Accueil du site > Centres de ressources > Démarches participatives > Documentation > Logement social et nouvelles pratiques artistiques

Logement social et nouvelles pratiques artistiques

25 novembre 2019,

Thèse de doctorat en Aménagement, urbanisme de l’Université Paris Nanterre préparée au Laboratoire Architecture, Ville, Urbanisme, Environnement (UMR-Lavue) sous la direction de Hélène Hatzfeld. Thèse soutenue le 25 novembre 2019.

| Travaux universitaires

"Cette thèse interroge les relations qui existent entre logement social et nouvelles pratiques artistiques. Elle vise à comprendre pour quelles raisons, à quelles conditions et jusqu’à quel point des organismes de logement social s’engagent dans le portage de projets artistiques. Je désigne par « nouvelles pratiques artistiques » des projets réalisés in situ, qui mettent des habitants des quartiers populaires au fondement de leur démarche et questionnent les modes de faire des acteurs."

"En s’appuyant sur trois cas, deux à Lyon et un à Dunkerque, l’analyse des relations porte sur les modalités et les effets des jeux d’acteurs, en termes de relations de pouvoir, d’affect et de demandes de légitimités, de modes de faire, de spatialités et de matérialités des projets. Ma thèse montre un inégal engagement des bailleurs sociaux. Elle met en évidence l’émergence, à travers des projets qui impliquent des artistes et les habitants, de nouvelles manières de participer, de nouveaux acteurs de la participation, mais aussi de nouvelles façons de faire la ville. Elle montre la possibilité pour des organismes de logement social d’acquérir de nouvelles compétences. Les relations entre logement social et nouvelles pratiques artistiques se heurtent à plusieurs difficultés. Du fait d’un fonctionnement pyramidal, les modes de faire ne changent pas véritablement à l’échelle des organismes qui se replient alors sur leurs savoir-faire techniques propres et ont du mal à intégrer la coopération avec d’autres acteurs. Sans un portage politique franc, les organismes peinent à s’impliquer. Enfin, en temps de déprise économique, les bailleurs sociaux peinent à s’engager dans des projets sur l’espace public. Ils réduisent de plus en plus leur échelle d’intervention au tour d’immeuble. Dans ce contexte, le renouvellement des pratiques artistiques montre aussi ses limites, dans leur difficulté à être distinguées d’activités socioculturelles, à créer des relations avec les habitants favorisant leur pouvoir d’agir, et à être légitimées comme artistiques par les institutions culturelles."

SOMMAIRE

  • Première partie. Contextes d’émergence des nouvelles pratiques artistiques dans les quartiers d’habitat social
    • Chapitre 1 : Éléments de cadrage
    • Chapitre 2 : 8e Art et son contexte
    • Chapitre 3 : Contexte d’émergence de « Prenez Racines ! »
    • Chapitre 4 : Contexte d’émergence du programme Opener
  • Deuxième partie. Acteurs et jeux d’acteurs. Rôles, statuts et interactions
    • Chapitre 1 : Un bailleur à l’initiative d’un projet artistique, entre recherche de légitimité, outil de normalisation et de valorisation et recentrement technique
    • Chapitre 2 : Un bailleur partenaire d’un projet artistique participatif
    • Chapitre 3 : Opener, un programme artistique mené sur les terres du logement social, sans les bailleurs sociaux
  • Troisième partie. Ce que produit la rencontre entre logement social et nouvelles pratiques artistiques
    • Chapitre 1 : Les relations de pouvoir et de domination au cœur de l’institution logement social
    • Chapitre 2 : Les relations d’affect chez les porteurs de nouvelles pratiques artistiques
    • Chapitre 3 : Légitimités et demandes de légitimité. Légitimité. Entre reconnaissance de compétence et pouvoir de transformation
    • Chapitre 4 : Les modes de faire du projet de ménagement à l’épreuve du projet managérial

Lire l’intégralité de la thèse sur le site Tel archives ouvertes

Texte intégral / résumé

Langue de l’ouvrage

mots-clés Démarches participatives