Accueil du site > Centres de ressources > Démarches participatives > Documentation > L’important n’est pas seulement de participer

L’important n’est pas seulement de participer

Sociologie de la fabrique de la participation populaire dans les métropoles de Recife (Brésil) et Grenoble (France)
18 novembre 2019,

Thèse de doctorat en Aménagement et urbanisme de l’Université Paris Nanterre effectuée au sein de l’École Doctorale Milieux, cultures et sociétés et passé et du présent dans l’Unité Mixte de Recherche Laboratoire Architecture, Ville, Urbanisme, Environnement (Lavue) sous la direction de Marie-Hélène Bacqué et Yves Sintomer. Thèse soutenue le 18 novembre 2019.

| Travaux universitaires

"Cette thèse s’attache à comprendre pourquoi des dispositifs participatifs mis en place dans les quartiers populaires existent encore aujourd’hui, en dépit de leur inefficacité attestée. Elle interroge les processus de fabrication et de mise en œuvre de l’impératif participatif à partir de l’étude de deux cas paradigmatiques : les métropoles de Grenoble (France) et Recife (Brésil). Ce travail contribue à la conceptualisation des transformations des gouvernements contemporains. L’histoire croisée de la politique de la ville grenobloise et du programme de régularisation des zones spéciales d’intérêt social recifense, puis les ethnographies comparées des gouvernances de projets de requalification urbaine dans ces territoires, éclairent les évolutions auxquelles sont sujettes les systèmes démocratiques aux situations urbaines, sociales, politiques et culturelles contrastées."

"À Recife, la démocratie participative s’éteint progressivement à la faveur d’un modèle managérial de participation, dépolitisé et moins structuré. Dans l’agglomération grenobloise, malgré un discours sur la modernisation de l’action publique et la formalisation des procédures participative, la démocratie locale reste ancrée à la proximité. En caractérisant les méthodes de mobilisation des participants, les conditions de leurs représentation et délibération, et leur inscription dans la gouvernance urbaine, la démonstration éclaire la coexistence de logiques politiques, techniques, et sociales parfois antagonistes et concurrentes. L’enquête en immersion, comme coordinateur de démarches d’associations des habitants dans des projets urbains, contribue à la compréhension des mécanismes formalisés ou non, publics ou non, guidant l’implantation des dispositifs participatifs dans nos sociétés contemporaines."

SOMMAIRE

Introduction

Première partie : La participation à travers l’histoire croisée de la politique de la ville grenobloise et du Prezeis Recifense

  • Chapitre 1. La genèse : d’une revendication d’un droit à la ville à l’impératif participatif
  • Chapitre 2. Une institutionnalisation différenciée (et inaboutie) de l’offre de participation populaire
  • Conclusion 1ere partie

Deuxième partie : Ethnographies comparées des gouvernances participatives des projets de requalification urbaine

  • Chapitre 3. Participer : entre engagement et segmentation des publics
  • Chapitre 4. Délibérer : conditions organisationnelles, conflits de représentation et relation de pouvoir
  • Chapitre 5. Gouverner : entre dispositifs institutionnalisés et régulations non formalisées
  • Conclusion 2eme partie

Conclusion générale

Lire l’intégralité de la thèse sur le site Tel Archives ouvertes

Texte intégral / résumé

Langue de l’ouvrage