Accueil du site > Recherche > Actions de recherche > Étude qualitative et quantitative sur les concours d’architecture en France (...)

Étude qualitative et quantitative sur les concours d’architecture en France 2006 - 2015

Pour le compte de la MIQCP, Mission Interministérielle pour la Qualité des Constructions Publiques, Ministère de la Culture et de la Communication
Équipe Laboratoire Espaces Travail - ENSAPLV, Umr Cnrs Lavue :
Élise Macaire, Jodelle Zetlaoui-Léger (dirs.)
Armelle Thonnart (chargée de recherche base de données), Minna Nordström, Bendicht Weber, Isabelle Grudet, Isabelle Genyk, et avec la collaboration Yasmina Dris

Cette recherche sur les concours restreints de maîtrise d’œuvre en France s’inscrit dans un contexte institutionnel traversé par un ensemble de débats sur les évolutions de différentes natures : baisse des dotations publiques aux collectivités locales, réforme de l’administration territoriale, mise en œuvre de la transition écologique et de la transition numérique, tendance à l’homogénéisation des procédures à l’échelle européenne, recherche de simplification des textes réglementaires, etc. Suscitée par la Mission Interministérielle pour la Qualité des Constructions Publiques et par le Ministère de la Culture et de la Communication dans le prolongement de son rapport en 2015 sur la Stratégie nationale pour l’architecture, cette recherche a donné lieu à une analyse des pratiques du concours en France depuis dix ans. Elle s’est attelée à replacer cette procédure dans l’ensemble du processus de projet et par rapport aux autres modes de dévolution des marchés publics de maîtrise d’œuvre, envisagés par les acteurs du point de vue des avantages et inconvénients. Elle explore des questions liées au déroulement de la procédure côtés maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre, aux modes de collaboration interprofessionnels, à la façon dont sont abordés des enjeux de qualité et de coût-bénéfice global, à la place de la société civile dans ces dispositifs de consultation, aux enseignements tirés de ces expériences pour aborder de nouvelles réalisations. Elle s’est appuyée sur la construction d’une base empirique à l’échelle nationale portant sur une période de dix ans (2006-2015), associant données quantitatives et qualitatives, monographies, ainsi que sur un large dispositif de consultation et concertation interprofessionnel (par entretiens, questionnaires, focus groupes) associant des acteurs de la maîtrise d’ouvrage, de l’AMO, de la maîtrise d’œuvre, ainsi que des représentants de plusieurs administrations centrales. Outre le fait de chercher à coconstruire une vision globale et rétrospective sur dix ans des modalités de recours au concours, cette recherche s’est prolongée en étudiant les possibilités d’évolution de cette procédure, et en proposant la mise en place d’un système de veille autour des résultats qu’elle produit, à l’instar de ce qui peut se faire dans d’autres pays (au Canada ou en Europe du Nord notamment).

Avec la collaboration du LRA ENSA de Toulouse : Corinne Sadokh
et des Associations Didattica et EPPPUR