Accueil du site > Les auteurs > Lamouroux, Margotte

Margotte Lamouroux

Architecte DE, DPEA Recherche en Architecture, Journaliste spécialisée

- Chargée de veille scientifique du réseau Ramau et du centre de ressources du LET (rubriques "Développement durable" et "Démarches participatives"), depuis 2018

- Chargée d’enquête, séminaires du LET "Le doctorat en CIFRE : quelles perspectives pour le champ de l’architecture ?", depuis 2018

- Relectrice de manuscrits de thèse du LET, depuis 2018

- Architecte DE mention recherche, ENSA Paris-Malaquais, 2013

Ancienne rédactrice en chef de la revue d’architecture Séquences Bois intégrée au Comité National pour le Développement du Bois (2014 à 2018). En montage d’un projet de doctorat autour du concept de filière et de la manière dont il transforme les pratiques professionnelles des concepteurs et reconfigure les rapports entre différents acteurs de la construction bois (architectes, ingénieurs, maîtres d’ouvrage, entreprises...).

Mémoire de Recherche post-master, immersion LET : "Les architectes et la place de la conception architecturale dans la structuration de la filière bois-construction", sous la direction scientifique de Jodelle Zetlaoui-Léger (LET) et Michael Fenker (LET), 2019

Résumé :

Bénéficiant du contexte de transition écologique, le développement de la filière bois, filière industrielle organisée autour d’une ressource naturelle, renouvelable et a priori neutre en carbone, a fait l’objet ces dernières années d’une phase d’accélération notable. La construction se présente en effet comme l’une des cibles prioritaires de sa structuration, pour lesquelles elle déploie des ambitions politiques, sociales et économiques à travers les organisations d’acteurs qui modèlent la production de la ville. La préfabrication et les marchés de conception-réalisation, qui inverseraient les préséances entre entreprises et architectes vis-à-vis du maître d’ouvrage, sont largement encouragés dans la majorité des initiatives portées par les organismes de la construction bois et soutenues par les pouvoirs publics. Ces récentes évolutions, qui semblent propices à une transformation des pratiques professionnelles, nous ont conduites à nous interroger sur la place donnée aux architectes et à la conception architecturale dans cette phase de la structuration de la filière bois-construction.

Afin d’étudier plus finement les relations qu’elle entretient avec la conception architecturale, ce mémoire a entrepris d’analyser la structuration de la filière bois-construction à travers sa dimension institutionnelle. Après avoir resitué le rôle des architectes au cours des différentes phases d’accélération de la construction bois, notre attention s’est portée sur la consultation des « immeubles grande hauteur à vivre bois ». Initiée par l’association ADIVbois avec l’aide du Plan Urbanisme Construction Architecture, ce terrain nous a permis d’examiner la marge de manoeuvre des architectes, à la fois dans la mise en place d’une stratégie institutionnelle et dans leur pratique de l’espace de conception. De la réalisation d’entretiens exploratoires à la composition d’un corpus de rapports règlementaires et de documents de travail, cette recherche emprunte au Laboratoire Espaces Travail les outils d’enquête de la sociologie de la profession. Première étape vers un projet de thèse, elle préfigure une réflexion sur la conception architecturale en bois en tentant de comprendre son écosystème d’acteurs et ses procédures afin d’analyser le positionnement des architectes dans l’évolution du secteur de la construction et de son économie.

Mots clefs : conception architecturale, filière, filière bois-construction, système, socio-profession, conception-réalisation.

Lamouroux, Margotte